L’ALLIANCE DES FEMMES POUR LA DÉMOCRATIE

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (Poche, 2021)

Présentation de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie, à l’occasion du 8 mars 1989, Journée internationale des femmes.

Nous avons créé l' »Alliance des Femmes pour la Démocratie » au début de l’année 1989, l’année du Bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des Droits de l’Homme, pour donner à notre Mouvement un second et décisif élan.

Nous avons derrière nous vingt-et-un ans de luttes de libération, nous avons devant nous dix ans de travail de démocratisation, pour transformer en buts définitifs les essais que nous avons marqués, pour imposer notre pensée et notre action, et aborder en adultes de l’histoire, le XXIe siècle et le troisième millénaire.
Notre démocratie n’est pas une vraie démocratie, car les femmes en sont en grande partie exclues et sont loin d’avoir accédé au plein exercice d’une citoyenneté fondée sur leur identité spécifique.
Travailler à la démocratisation, c’est travailler à ce que l’histoire veuille bien considérer qu’il y a deux sexes, et que cette hétérosexualité, cette hétérogénéité est la condition de la richesse, de la fertilité de l’humanité ; c’est travailler à ce que l’État de droit reconnaisse la dissymétrie entre une femme et un homme quant à la procréation, et les affirmations qui en découlent, plutôt que de programmer une égalité idéale toujours en fuite. Car la différence sans l’égalité ne produira que de la régression psychique et de la réaction politique ; et l’égalité sans la différence, une assimilation stérilisante, une amputation psycho-sexuelle.

Plus que jamais, nous aurons donc, nous les femmes, à faire des gestes complexes, à mettre en travail la notion d’égalité, à nous construire des identités propres mais hétérogènes, à nous adapter sans nous renier, à nous intégrer en réintégrant aussi notre identité première, sexuée, originelle, à nous créer une identité mixte.
Pour en finir avec une « libido dérivée », un « droit dérivé », une « identité dérivée », nous devons travailler désormais à ce que le législateur de la Langue, du Symbolique et du Droit, tienne compte de nos exigences vitales. Il faut :

  1. inscrire dans la Constitution, que « tout être humain, sans distinction de sexe, de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés » ;
  2. élaborer une Loi-Cadre, à partir d’une « Déclaration Universelle des Droits des Femmes ».
  3. dégager du temps privé pour assurer une présence et une responsabilisation politiques ;
  4. faire reconnaître la production spécifique des femmes. Nous assumons pratiquement 100% de la procréation humaine, mais cette production reste exclue de toute inscription sociale, économique, professionnelle, culturelle, et politique. Ce travail est le dernier des esclavages. Non seulement le plus formidable apport de richesse de l’humain à l’humanité n’est ni reconnu, ni rétribué, mais il nous pénalise dans notre activité professionnelle et notre activité de création, alors même que la procréation est reconnue par les créateurs comme leur modèle ;
  5. continuer de nous former, de nous informer, de transmettre et de nous transformer ; créer de nouveaux champs de connaissances, de nouvelles sciences, à l’articulation des sciences pures et des sciences humaines, créer un champ épistémologique, les « Sciences des Femmes », allant de la gynéconomie à l’élaboration d’un « Corps de Droit » spécifique.

Il y a deux sexes. C’est une réalité dont l’histoire des droits devra désormais faire son quatrième principe, au-delà de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, si elle veut être digne de ses idéaux.
Partout dans le monde entier, la situation des femmes s’est aggravée ; les régressions sont inquiétantes, allant jusqu’à l’abolition des lois édictées en leur faveur. Mais partout dans le monde, les femmes sont conscientes, vigilantes et combatives.
Le Mouvement des Femmes a été et reste l’un des mouvements de civilisation les plus puissamment fédérateurs. Il continue à se déployer dans le monde entier. C’est un mouvement transnational mieux qu’international, qui pose dans chaque pays des problèmes spécifiques, mais dont les principes sont universels et généraux. Les choix politiques des femmes s’inscrivent donc à l’échelle planétaire. C’est dans un tel contexte que doit s’assumer une conception moderne des droits des femmes, de leur statut et de leur revendication identitaire. Elle entraînera des solutions à quelques-uns des grands problèmes actuels qui menacent la Démocratie.

Documents en relation :

Mars 2011 | |

VERS UNE RÉVOLUTION ANTHROPOLOGIQUE ?

Génésique. Féminologie III, des femmes-Antoinette Fouque, 2012 (Poche, 2021) Extraits de l’entretien avec Jennifer Schwartz, paru dans Le […]

Novembre 2009 | |

UNE ÉTHIQUE DU VIVANT

Génésique. Féminologie III, des femmes-Antoinette Fouque, 2012 (Poche, 2021) Extraits de Qui êtes-vous Antoinette Fouque ? Entretiens avec Christophe […]

LA PARITÉ, POUR UN QUATRIÈME MODÈLE RÉPUBLICAIN

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (Poche, 2021) Texte écrit à la demande de Madame Nicole Ameline, […]

Janvier 2005 | |

LE DISCOURS DU (DE LA) FEMINISTE

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (Poche, 2021) Intervention au jury d’habilitation à diriger des recherches de […]

Janvier 2005 | |

DIX ANS APRES PEKIN

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (Poche, 2021) Entretien avec Robert Toubon et Marie-Claude Tesson-Millet pour la […]

Décembre 2002 | |

LA MISOGYNIE, CE QU’IL Y A DE PLUS UNIVERSEL DANS L’HUMAIN

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007, Poche 2021) Entretien réalisé par Florence Assouline, paru dans Marianne du […]

Octobre 1997 | |

DU PASSÉ PRÉSENT AU PRÉSENT FUTUR DES FEMMES

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (Poche, 2021) Extraits de la communication par laquelle Antoinette Fouque, chargée […]

Janvier 1995 | - - - |

MALAISE DANS LA DÉMOCRATIE

Il y a deux sexes. Essais de féminologie, Gallimard collection Le Débat, 1995 et 2004 (édition revue et […]

Septembre 1992 | - - - - |

NOTRE POLITIQUE ÉDITORIALE EST UNE « POÉTHIQUE »

Il y a deux sexes. Essais de féminologie, Gallimard collection Le Débat, 1995 et 2004 (édition revue et […]

Septembre 1989 | |

FEMMES, SOCIALISME ET DÉMOCRATIE

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007, (Poche, 2021) Extraits d’un programme remis à Madame Michèle André, secrétaire […]

Mai 1982 | - |

NOTRE TERRE DE NAISSANCE EST UN CORPS DE FEMME

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (Poche, 2021) Entretien réalisé par la mensuelle Des femmes en mouvements […]

Août 1981 | |

CULTURE DES FEMMES, UNE GESTATION

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (Poche, 2021) Extraits d’un entretien réalisé par Marie Claude Grumbach et […]

Août 1975 | |

UNE FEMME, UNE ANALYSTE – Dialogue avec Michèle Montrelay

Gravidanza. Féminologie II, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (Poche, 2021) Cette « Rencontre » est parue dans La Quinzaine littéraire du […]